Lorsqu’une ruche se développe bien, il arrive que le « logement » soit trop étroit pour entreposer tout le miel. Pour régler cette crise du logement, les ouvrières mettent en chantier l’élevage de quelques reines. En temps normal, la reine ne tolère pas que des cellules royales soient édifiées sauf au moment de l’essaimage.

De nouvelles reines sont mises en élevage et quelques jours avant la naissance de la première nouvelle reine, la vieille reine ( pour la première fois depuis son vol nuptial) va quitter la ruche, avec la moitié de la colonie, dans chaque moitié, il y a la même proportion d’abeilles du même âge ( nourricières, déblayeuses, productrice de cire, de gelée royale, butineuses) .

Les butineuses, avant de partir, remplissent de miel leur jabot. Il faut des provisions de route et s’alimenter durant les premiers moments dans la future ruche.            

En sortant de la ruche, toutes les partantes tournent en un cercle de 10 ou 15 mètres de diamètre, puis, toutes ces abeilles, avec la vieille reine, viennent se poser, sur une branche d’arbre, contre un mur, sur un piquet etc, généralement très proche de la ruche qu’elles viennent de quitter. Vous voyez alors se former un essaim, c’ est-à-dire une boule d’abeilles agglomérées les unes aux autres.

C’est alors que des éclaireuses partent pour chercher un nouveau logis. Un trou d’arbre assez vaste, une profonde fissure dans un mur etc..

La première éclaireuse qui aura trouvé le gîte idéal, reviendra à l’essaim pour expliquer dans quelle direction et à quel temps de vol se trouve le futur logis.

Dés l’arrivée à la nouvelle maison, les cirières se mettent à construire des rayons de cire dans lesquels la reine commence immédiatement à pondre, pendant que les butineuses déposent le miel emporté de l’ancienne ruche et qu’elles n’ont pas encore consommé. 

Une nouvelle ruche est née!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *