Extrait de l’étude écomomique Agriscopie de la Chambre Agriculture sur la situation de l’Apiculture dans notre région = 1ère région apicole de France!

Avec près de 165 000 ruches et 1 890 tonnes de miel produites par les exploitations agricoles en 2014, Languedoc-Roussillon Midi-Pyrénées détient 21% des ruches et réalise 19% de la production de miel nationale.

Alors que la production de miel a fortement chuté à l’échelon national (-25% entre 2000 et 2014), celle de la région Languedoc-Roussillon Midi-Pyrénées a connu une diminution moins importante (-4,7%). En 2014 et pour la troisième année consécutive, la production de miel a diminué en raison principalement de conditions climatiques défavorables.

Spécificité de cette filière, un grand nombre de producteurs sont des apiculteurs amateurs tirant leurs revenus d’une activité non agricole. Ils détiennent peu de ruches (moins de 10) et produisent du miel en faible quantité, peu ou pas commercialisé. D’après une étude menée pour le compte de FranceAgriMer, on estimerait le nombre d’apiculteurs amateurs ou professionnels dans la région à 5 187 pour une production de miel de 2 530 tonnes. Les apiculteurs considérés comme professionnels sont ceux pour lesquels l’apiculture représente une véritable activité économique. Pour autant, ils ne sont pas tous exploitants agricoles.

En 2010, on dénombrait 1 330 exploitations agricoles ayant des ruches dont 473 spécialisées en apiculture. Bien que ces dernières ne représentent que 35% des exploitations agricoles ayant des ruches en Midi-Pyrénées elles détiennent 83% du cheptel et produisent 86% du miel.

Le Gard, l’Hérault, l’Ariège et les Hautes-Pyrénées comptent parmi les départements ayant le plus d’exploitations apicoles spécialisées. Ces quatre départements en regroupent plus de 40%. Les circuits courts sont fortement développés dans cette filière : 78% des apiculteurs spécialisés sont engagés au moins partiellement dans un circuit de commercialisation avec au maximum un intermédiaire. La vente directe est d’ailleurs très communément pratiquée par ces exploitations agricoles puisque 71% d’entre elles sont concernées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *